Comment tailler un arbre fruitier?

20, 2014

Taille des arbresTailler un arbre fruitier dès son jeune âge est essentiel pour son futur. En effectuant une taille de formation, vous donnez à l’arbre une bonne structure, un équilibre et un esthétisme, en plus de vous faciliter la tâche future pour la cueillette.

 

 

 

Le plus grand mythe concernant la croissance des arbres

Les branches montent avec le tronc. Faux!

Beaucoup de personnes en tendance à croire qu’un petit arbre avec beaucoup de branches est joli et que lorsqu’il grandira, les branches monteront avec lui sur le tronc! C’est faux! Si votre jeune arbre a une branche à 30 cm du sol, elle ne montera pas sur le tronc, elle demeurera bêtement à 30 cm du sol et vous vous retrouverez dans le futur avec une branche géante à 30 cm du sol! Si vous souhaitiez que vos enfants puissent jouer sous l’ombre de votre arbre plus tard, et bien c’est raté!

Le mythe des branches qui poussent avec le tronc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand doit-on effectuer la taille?

La taille s’effectue idéalement au début du mois de mars, mais il est correct de la faire jusqu’au mois d’avril. Ce qui est important est que les gros froids de février soient passés, mais que la floraison n’ait pas encore eu lieu. C’est aussi à ce temps-là qu’on taille la plupart des arbres, à l’exception des bouleaux, des érables à sucre, des érables rouges et des noyers.

Le vif du sujet : Comment effectuer  la taille de formation?

La taille de formation est la taille que l’on exécute dès le jeune âge des arbres afin de décider de leur structure à long terme. C’est cette taille qui déterminera le positionnement de chacune des branches principales et qui permettra d’obtenir un résultat équilibré.

Notez que cette technique de taille ne s’applique qu’aux arbres standards, soit les poiriers et les pommiers pleine grandeur. Cette taille n’est pas applicable aux arbres nains. Cette technique de taille est aussi applicable à la plupart des arbres de grande envergure. Pour des arbres d’ornement, on pourrait décider d’avoir des branches plus espacées et qui commencent plus haut sur le tronc.

  1. La première étape consiste à choisir la hauteur de la première branche. Pensez au futur, car pour bien tailler il faut être visionnaire! Souhaitez-vous pouvoir vous assoir sous l’arbre? Pouvoir y circuler pour y passer la tondeuse? Y accrocher une balançoire? Il faut planifier l’espace libre nécessaire sous l’arbre pour pouvoir prendre une bonne décision. Il faut aussi considérer l’accumulation de neige en hiver. La première branche doit au minimum être un peu plus haute que l’accumulation maximale de neige possible. Par exemple, si vous recevez parfois un mètre de neige durant l’hiver, la première branche ne devra pas se situer à moins d’un mètre du sol, sans quoi vous risquez qu’elle soit brisée lors de la fonte des neiges.
  2. Une fois que la hauteur est choisie, on coupe toutes les branches qui se situent sous cette hauteur.
  3. On doit ensuite choisir les branches à conserver. L’idéal pour les pommiers et les poiriers est de conserver une branche à chaque 30 cm de hauteur. On veut aussi que ces branches soient bien réparties. On peut donc se faciliter la tâche en en choisissant une à chaque point cardinal. Par exemple, si je souhaite que ma première branche soit à un mètre de hauteur et que j’ai déjà une branche à cette hauteur qui pointe vers le Nord, je la garde, j’observe ensuite tout le tour de l’arbre quelle branche vigoureuse se situe 30 cm plus haut. Si j’en ai une qui pointe vers le sud, je la garde, et je continue, ainsi de suite, à chaque 30 cm de hauteur pour en trouver une qui pointe vers l’Est puis vers l’Ouest.

Les rubans sont une bonne aide pour identifier les branches que l’on souhaite conserver avant d’effectuer quelconque taille. Ils permettent d’avoir une vue d’ensemble et de s’assurer que le choix est équilibré.

  1. Lorsque toutes nos branches sont choisies, on peut tailler les autres à l’aide d’un sécateur bien aiguisé. Lorsqu’on coupe, on s’assure de couper tout juste après le bourrelet cicatriciel, car de cette façon, la réparation sera très facile à faire pour l’arbre.
  1. Soyez prudent de ne pas couper la tête de l’arbre!

Arbre bien taillé

J’ai peur de faire mal à mon arbre en coupant une branche!

Si vous avez un sécateur très mal aiguisé et que vous déchirez la branche plutôt que de la couper, vous lui occasionnerez en effet une blessure plus difficile à réparer. Cependant, couper une jeune branche avec un sécateur bien aiguisé sera une blessure des plus aisées à réparer pour l’arbre, cela aura pour effet de l’aider à mieux grandir. Ce qui serait néfaste serait plutôt de retarder la taille à plus tard. La branche que nous aurions dû couper alors qu’elle n’avait qu’un centimètre de diamètre occasionnera en effet une plus grosse blessure si on attend qu’elle mesure trente centimètres de diamètre! De là l’importance de la taille de formation. On effectue la taille au juste moment.

Acheter un jeune arbre

La plupart des centres jardins vendent de jeunes arbres fruitiers avec des branches trop basses et trop rapprochées. Il en est ainsi pour satisfaire le désir du consommateur qui veut un « ’arbre »’! Pas un « ’fouet »’! Maintenant que vous connaissez le principe de taille, vous saurez que lorsqu’on vous vend un « fouet » c’est qu’on vous vendra un arbre bien taillé et que lorsqu’on vous vend un jeune arbre avec beaucoup de branches, c’est qu’on vous vend ce que vous désirez sans se soucier de l’arbre! À moins que vous n’eussiez l'intention de vous faire un bonzaï?

Voici un exemple d’arbre qui se vend dans les centres jardins. Toutes les branches sont à la même hauteur, c’est joli lors de l’achat, mais dans quelques années, si ce n’est pas taillé, les branches étoufferont le tronc.

N’oubliez surtout pas, lorsqu’on taille, il faut être visionnaire! Il faut pouvoir imaginer de quoi aura l’air notre arbre dans vingt ans. Est-ce que toutes les branches seront compactées à la même hauteur ou elles seront réparties avec équilibre?