• Pépinière en ligne uniquement
  • Commandes à partir du 5 janvier 2022
  • Première date d’expédition : 19 avril 2022
Arbres fruitiers 101

Les zones de rusticité

Qu’est-ce qu’une zone de rusticité?

Selon le degré de rigueur et de froid de votre climat local, certains arbres et plantes pourront prospérer sur votre terre, et d’autres languiront, mourront ou n’auront pas le temps de porter leurs fruits à maturité. Le Canada étant un très vaste pays comptant de nombreux climats et microclimats différents, les zones de rusticité aident grandement à simplifier le choix des plantes et des arbres qui conviennent à une région donnée. Chaque région est associée à une zone de rusticité particulière indiquant à quel point le climat y est rude. Chaque espèce d’arbre reçoit également un numéro de zone, qui indique la zone la plus froide dans laquelle cet arbre peut pousser. Les zones varient de 0 à 9, 0 étant la plus froide et 9 la plus chaude. Par exemple, un arbre étiqueté « rustique en zone 3 » peut être planté dans les zones 3 à 9, mais pas dans les zones 2, 1 ou 0.

Carte des zones de rusticité canadienne

En 1960, le ministère de l’Agriculture des États-Unis a créé la première carte de zonage de rusticité de l’Amérique du Nord. Cette carte a été construite en fonction des températures minimales hivernales d’une région. En 1967, les scientifiques d’Agriculture Canada ont créé une carte des zones de rusticité pour le Canada. En plus de tenir compte de la température hivernale minimale, cette carte tenait également compte de la durée de la période sans gel, des précipitations estivales, des précipitations de janvier, de la température maximale, de la couverture de neige et de la vitesse maximale des vents.

La carte des zones de rusticité divise le pays en 10 zones (de 0 à 9, 0 étant la zone la plus froide et 9 la plus chaude). Chaque zone se compose de deux sous-zones (a et b, a étant la plus froide et b la plus chaude). Par exemple, Montréal se trouve dans la zone 6a, Rawdon se trouve dans la zone 4b, Chibougamau dans la zone 2a et Kuujjuaq dans la zone 0a. Sur la carte, les zones sont indiquées par un code de couleurs.

Carte des zones de rusticité du Canada

Trouver votre zone de rusticité

Toute personne qui souhaite jardiner au Canada devrait connaître sa zone de rusticité, sans quoi le printemps risque d’être plein de mauvaises surprises. Si vous ne connaissez pas votre zone de croissance, vous pouvez la découvrir en utilisant cet outil que nous avons créé. Il suffit d’écrire le nom de votre municipalité pour voir dans quelle zone vous vous trouvez.

outils zones de rusticité

L’importance de la résistance au froid pour les fruitiers

Pour la culture des légumes, la rusticité n’est pas tout à fait aussi importante puisque les semis peuvent être partis à l’intérieur pour compenser une courte saison. Cependant, les arbres et les arbustes doivent pouvoir survivre à l’extérieur tout au long de l’hiver, et sur de longues périodes plutôt que simplement un an ou deux. Une nuit exceptionnellement froide suffit pour endommager gravement ou même tuer l’arbre dont vous prenez soin depuis des années. Il importe également de comprendre que les dommages causés par le gel affectent grandement la santé d’un arbre, même s’ils ne suffisent pas à le tuer. La blessure ralentit la croissance de l’arbre et fournit une porte par laquelle la maladie peut entrer.

Choisir les bons arbres pour votre zone

Pour éviter les dommages causés par le gel, vous devez choisir des arbres rustiques dans votre zone ou dans une zone plus froide. De plus, si vous êtes dans la sous-zone « a » et que vous voulez jouer la prudence, vous pourriez choisir des arbres dans une zone inférieure. Par exemple, si vous êtes en zone 4a, il peut être préférable de choisir des arbres pour la zone 3, 2 ou 1 pour éviter tout risque de blessure hivernale. Pour avoir plus de choix, vous pouvez également choisir des arbres pour la zone 4. Ces derniers peuvent occasionnellement subir des dommages dus au gel pendant les hivers particulièrement froids, mais devraient tout de même survivre.

Planter un arbre qui n’est pas rustique revient un peu à sortir dehors en hiver au Québec en gougounes et en camisole! C’est un bon plan pour une crise d’hypothermie et un potentiel décès.

Il en va de même pour les arbres. On sait qu’on ne peut pas planter un avocatier, un oranger ou un bananier, qu’ils vont mourir l’hiver. Mais quand on arrive aux pêchers, poiriers, cerisiers, etc. c’est plus compliqué, parce qu’ils peuvent survivre à l’hiver dans certaines régions du Canada, alors que dans d’autres régions c’est une mort assurée; de là l’importance de connaître votre zone.

L’image représente un arbre zoné 5, planté dans une zone 3. C’est l’hypothermie! L’arbre ne survivra pas à l’hiver.

Cultivar non-rustique sur porte-greffe non-rustique

De toute évidence, quelque chose ne va pas avec la façon dont est vêtue cette jeune fille pour affronter l’hiver québécois! Malgré sa tuque et son foulard, avec ses shorts et ses gougounes, c’est une crise d’hypothermie assurée.

Aussi incohérent que cela puisse paraître, c’est pourtant ce qui est vendu par beaucoup de pépinières! Les gens sont maintenant plus informés de ce qu’est une zone de rusticité et demandent des variétés rustiques. Les jardineries vont alors offrir des pommiers Norkent (zoné 2) et des poiriers Ure (zoné 3) par exemple. Cependant, sur quel porte-greffe sont greffés ces arbres? La plupart du temps, sur des porte-greffes rustiques en zone 5, voir zone 6, produits aux États-Unis ou en Europe!

Le cultivar a beau être rustique, si les racines et le bas du tronc ne le sont pas, c’est l’arbre en entier qui meurt. De là l’importance de bien connaître sa zone et de vérifier la zone de rusticité du cultivar et du porte-greffe!

Cultivar rustique sur porte-greffe non-rustique

Dans le même ordre d’idée, choisir un porte-greffe super rustique pour y greffer un cultivar qui n’est pas rustique à notre zone ne nous avance pas beaucoup plus loin. C’est une mort assurée du cultivar greffé.

Cependant, dans ce cas, le porte-greffe survivra et fera son propre tronc. Selon le porte-greffe utilisé, les fruits seront, dans la plupart des cas, sans intérêt. Vous pourrez cependant tenter d’y regreffer un nouveau cultivar plus rustique si vous souhaitez expérimenter l’art du greffage!

Cultivar non-rustique sur porte-greffe rustique

Voilà enfin quelqu’un de bien habillé pour passer l’hiver!

À la pépinière Aux arbres fruitiers, nous nous spécialisons dans les arbres rustiques en zone 4 ou plus froides. Si nous ne pouvons pas faire pousser quelque chose nous-mêmes, nous ne le vendons pas. Pour cette raison, nous ne vendons pas de pêchers, de nectariniers, de figuiers ou de cerisiers à cerises sucrées. Nous ne vendons pas non plus de bananiers, de manguiers ou de citronniers! Aucune de ces espèces ne peut croître dans les régions nordiques, à moins d’être dans une serre chauffée ou de bénéficier d’une autre forme de protection élaborée.

D’autre part, il est possible et facile de cultiver de nombreux arbres fruitiers et arbres à noix dans les climats nordiques, même jusqu’en zone 2! Ceux-ci comprennent, notamment, les pommiers, poiriers, pruniers et cerisiers acides, plusieurs types d’arbustes fruitiers, le noyer noir, le noisetier et le pin de Corée. Pour consulter la liste complète de tous nos arbres susceptibles de bien pousser dans votre région, allez à la page Tous les arbres et utilisez le filtre pour afficher uniquement les arbres rustiques à votre zone.

De plus, nous prenons soin de toujours choisir un port-greffe qui est au minimum aussi rustique que le cultivar, si non plus rustique. De cette façon, vous n’avez pas à vous préoccuper de savoir si l’arbre résistera à l’hiver chez vous.

arbres greffé entièrement rustique

L’évolution des zones de rusticité au fil des ans

La carte des zones de rusticité a été mise à jour pour tenir compte des changements climatiques, ce qui a entraîné des changements assez importants dans la plupart des régions. Par exemple, la ville de La Tuque était auparavant zonée 3a, mais est maintenant zonée 3b depuis 1981. Attention cependant, ce n’est pas le cas partout. Il ne faut pas croire que des arbres rustiques en zone plus chaude que la vôtre seront soudainement heureux chez vous. Il demeure important de connaître votre zone de rusticité avant de choisir vos arbres fruitiers.

Les limites des zones de rusticité

Les zones de rusticité indiquées sur la carte sont une très bonne approximation, mais ne sont pas toujours parfaites. En effet, la variation des climats locaux, appelés microclimats, n’est pas facilement prise en compte en raison de la dispersion des stations météorologiques à partir desquelles les données sont collectées. Par exemple, une vallée entre les montagnes pourrait être plus froide que la zone indiquée sur la carte.

À l’opposé, la présence d’un plan d’eau dans une région entraîne des températures plus fraîches en été et plus chaudes en hiver que si le plan d’eau n’était pas présent. C’est un avantage pour le producteur d’arbres fruitiers parce que cela retarde l’éclosion des bourgeons au printemps; le risque d’un gel tuant la floraison y est donc réduit.

De plus, les zones de rusticité sont valables principalement pour les arbres et les arbustes, mais les vivaces doivent être traitées différemment. Par exemple, une vivace ou un buisson très bas rustique en zone 6 ne survivrait probablement pas en zone 5 sans protection hivernale, mais il pourrait survivre en zone 3 s’il est protégé par une épaisse couche de neige jouant le rôle d’isolant.

Durcissement du bois et résistance au froid

Même si vous plantez un arbre fruitier dans la bonne zone et que l’hiver est assez chaud, l’arbre peut encore être blessé par le gel. En effet, le bois de l’arbre ne peut tolérer l’hiver que s’il est correctement durci. Le durcissement du bois est en fait le durcissement de la fibre de bois. Si la fibre du bois n’a pas eu le temps de durcir correctement à l’automne, l’arbre peut être blessé par le gel même s’il est rustique.

Différents dommages dûs au gel

Voici un exemple de dommage dû au gel sur un poirier. L’écorce meurt en hiver, se dessèche puis se décolle du tronc.

Dans un cas comme celui-ci, c’est le tronc principal qui a gelé est l’arbre est complètement mort. Il faut le remplacer par un arbre plus rustique.

Dommage écorce de poirier dû au gel
Branche noircie

Lorsqu’un arbre qui était en santé l’été précédent se montre avec une ou des branches noircies comme ici le printemps suivant, c’est un dommage attribué au gel, qui peut être dû à un manque de rusticité de l’arbre ou à une sur-fertilisation.

Dans un cas comme celui-ci, il n’y a qu’une branche affectée, elle est morte et doit être coupée. Cela est une indication que la variété est à la limite de sa rusticité. Bien qu’il est possible qu’elle survive, elle sera sujette à des dommages les hivers les plus froids.

Branche noircie signe de gel
Caryer manquant de rusticité

Ce caryer, bien qu’il arrive à survivre, a un manque flagrant de rusticité dans la zone où il est planté. Chaque année, la tête et une grande partie de ses branches meurent. L’arbre est faible, mais demeure en vie. Les blessures fréquentes dues au gel sont aussi des portes d’entrées pour les maladies, et l’arbre finit par être achevé quand son effort pour se réparer est en vain et qu’il gèle encore chaque hiver.

Caryer manquant de rusticité
1/ 3