• Pépinière en ligne uniquement
  • Commandes à partir du 5 janvier 2022
  • Première date d’expédition : 19 avril 2022
Arbres fruitiers 101

Pourquoi les arbres fruitiers sont greffés ?

Le greffage se produit naturellement en forêt lorsque deux branches de deux arbres différents (ou parfois du même arbre) se touchent, fusionnent et continuent de croître. Le greffage est utilisé depuis des millénaires comme technique de propagation de végétaux.

Les premières références précises à la greffe se trouvent dans les écrits grecs anciens, vers le IVe siècle av. J.-C. L’image à gauche représente un mosaïque du IIIe siècle à Saint Romain en Gal, Vienne, France, illustrant la greffe. Elle est reproduit avec permission de JF Bradu.

La greffe était probablement utilisée depuis des centaines d’années avant ce siècle, puisqu’elle était déjà une pratique courante selon ces écrits. Elle a également été pratiquée dans la Rome antique, en Perse et en Chine, et est encore aujourd’hui l’une des techniques de propagation d’arbres les plus répandues.

En fait, presque tous les arbres fruitiers vendus en pépinière ou en jardinerie (en particulier les pommiers et les poiriers) sont des arbres greffés.

Mais qu’est-ce donc que le greffage?

Mosaîque greffage ancienne

Le but du greffage : reproduire des fruits identiques.

Les pépinières et les vergers utilisent le greffage pour plusieurs raisons différentes; la première et la plus importante étant pour produire un cultivar identique à celui d’origine.

Disons que nous découvrons un pommier qui produit des pommes d’une qualité exceptionnelle: nommons le Honeycrisp, pour l’exemple. La pomme du Honeycrisp est si bonne que nous voulons en planter un verger. Comment multiplier notre pommier Honeycrisp pour y arriver?

On pourrait penser qu’il ne suffit que d’en planter les graines, mais ce n’est pas aussi simple! Le problème est que les arbres produits par semis ne sont pas identiques à leur parent. Le même principe s’applique aux humains : chaque personne a des caractéristiques en commun avec ses parents, mais n’est pas une copie exacte de ces derniers.

Les pommiers se reproduisent sexuellement, de sorte que chaque semence contient une combinaison unique de gènes, qui porte certains traits de ses parents sans y être identique. Par conséquent, chaque graine produira un pommier différent et unique, même si elles proviennent de la même pomme!

À l’opposé, le greffage est une méthode de propagation qui nous permet de reproduire une copie exacte d’un cultivar spécifique (la Honeycrisp, dans notre exemple).

Si on plante un verger entier de Honeycrisp greffés, ceux-ci sont en fait des clones et au niveau de la pollinisation, c’est un peu comme si on n’avait qu’un seul pommier de planté!  La plupart des arbres peuvent être greffés, mais la technique est plus couramment utilisée pour les arbres fruitiers tels que le pommier, le poirier et le prunier.

Écussonage

Qu’est-ce qu’une greffe?

La greffe d’arbres fonctionne d’une manière très similaire à la greffe d’une partie du corps humain. On prélève un organe (dans notre cas, une jeune branche du pommier Honeycrisp original, c’est ce qu’on appelle le greffon) qu’on fixe sur le corps (tronc et système racinaire) d’un individu receveur (un autre jeune pommier, qu’on appelle le porte-greffe).

La nature faisant elle-même le travail, les deux organes (le bois) se soudent l’un à l’autre. La sève peut ensuite monter par le porte-greffe et nourrir le bourgeon Honeycrisp (greffon) qui se réveillera et qui fera grandir une tige qui deviendra le nouveau tronc de l’arbre. Si on regarde attentivement, on peut la plupart du temps observer le point de greffe (l’endroit où le bourgeon a été greffé). Même après de nombreuses années, on peut souvent voir une cicatrice de la soudure ou un changement de couleur marqué de l’écorce.

L’arbre greffé est en réalité l’association entre deux arbres. Sous le point de greffe, il y a le pommier qu’on appelle le porte-greffe: les racines de l’arbre lui appartiennent. Au-dessus du point de greffe se trouve le cultivar issu du bourgeon greffé, soit dans notre cas le cultivar Honeycrisp.

Ce cultivar ne grandit pas sur ses propres racines, mais bien sur les racines du porte-greffe. Une fois qu’un arbre est greffé, ses fruits sont identiques à ceux de l’arbre original (dans le cas de notre exemple, au pommier Honeycrisp).

Si on regarde attentivement, on peut la plupart du temps observer le point de greffe (l’endroit où le bourgeon a été greffé). Même après de nombreuses années, on peut souvent voir une cicatrice de la soudure ou un changement de couleur marqué de l’écorce.

 

Cicatrices greffage
Dans la séquence ci-dessous, on peut voir un arbre fraîchement greffé, avec l’élastique qui maintient le contact entre le bois du porte-greffe et du greffon. La deuxième photo montre comment l’arbre greffé se réveille, après quelques semaines. On voit ensuite la soudure d’une greffe d’un an, puis de deux ans. Enfin, la dernière photo montre la soudure d’une greffe de plus de cinq ans.

L’importance du porte-greffe

Le porte-greffe est l’arbre sur lequel on greffe le bourgeon de la variété à propager. C’est lui qui fournira les racines de l’arbre. Son importance est primordiale, car il influence l’arbre sur plusieurs points. D’abord, c’est lui qui décidera de la grandeur, de la vigueur et de l’espérance de vie de l’arbre. Il aura également une incidence sur sa rusticité (sa résistance au froid).

Dans le cas des pommiers, il existe des porte-greffes nains et semi-nains qui limitent la taille du pommier et qui sont populaires dans les vergers commerciaux. Cependant, les porte-greffes nains présentent également des inconvénients importants.

Par exemple, ils sont moins résistants au froid et nécessitent plus d’entretien que les porte-greffes standard. Leur espérance de vie est aussi très courte si on la compare à celle des pommiers standard. Nous expliquons en détail la différence entre le porte-greffe standard et le porte-greffe nain dans cet article, ainsi que les raisons pour lesquelles nous avons choisi de greffer tous nos pommiers sur des porte-greffes standards (pleine grandeur) que nous cultivons à partir de pépins.

Greffe de pruniers au champ

Soins à donner à la greffe

  • Localiser le point de greffe: Si votre porte-greffe est rustique et vigoureux, la greffe ne demande aucun soin particulier. Cependant, il est important de la localiser. Toute branche qui pousserait sous le point de greffe devrait être coupée, car elle ne portera pas les fruits souhaités, mais bien ceux du porte-greffe.
  • Cassure: Si votre arbre venait à casser par accident, localisez le point de greffe. Si l’arbre est brisé au-dessus du point de greffe, ça ira. Vous n’avez pas nécessairement perdu votre cultivar, mais l’arbre devra former un nouveau tronc principal à partir d’un bourgeon situé au-dessus du point de greffe. Par contre, s’il est brisé sous le point de greffe, c’est très dommage, car vous avez perdu votre cultivar. L’arbre qui poussera ne portera pas les fruits souhaités, mais bien ceux du porte-greffe, la plupart du temps inintéressants.
  • Spirales de protection: Nous fournissons une spirale de protection pour chaque arbre greffé. Protéger le tronc de votre jeune arbre est particulièrement important dans le cas des arbres greffés, car si le greffon est endommagé, le cultivar peut être perdu pour de bon; tandis que pour un arbre non greffé, même si le tronc principal est endommagé, l’arbre peut encore repousser comme avant. Cela ne signifie pas que la protection d’un arbre non greffé n’est pas une bonne idée; de nombreux arbres bénéficient de spirales protectrices. Nous avons fait une liste des arbres qui bénéficieront d’une protection. Pour commander des spirales contre les rongeurs, c’est ici.

Autres façons dont le greffage influence l’arbre

  • Précocité: Le greffage influence le temps qu’il faut à un arbre pour produire des fruits : les arbres greffés sont plus précoces que les arbres non greffés. Par exemple, un pommier issu d’un pépin et qui n’est pas greffé mettra presque dix ans à donner ses premiers fruits alors qu’un pommier greffé commencera la production après quatre ans! Cela est dû au fait que le bois qu’on greffe est mature, puisqu’il provient d’un arbre déjà entré en production.
  • Résistance aux maladies: La greffe est également utilisée pour contrôler certaines maladies. Par exemple, les tomates de serre sont souvent greffées à l’aide d’une technique similaire à celle utilisée pour les arbres fruitiers. Parce que certaines maladies qui affectent les tomates se trouvent dans le sol, l’utilisation d’un porte-greffe résistant à cette maladie permet à la variété greffée d’être immunisée contre la maladie. En effet, seul le porte-greffe résistant touchera le sol contenant la maladie.
  • Le greffage est aussi très utilisé dans les vignobles en Europe après que les vignes à raisins aient été décimées au XIXe siècle en Europe par une maladie racinaire nommée phylloxéra. Or, plusieurs vignes américaines sont naturellement résistantes à cette maladie. Les vignerons européens s’en sont donc servis pour greffer tous leurs plants de vigne sur des porte-greffes américains résistants au phylloxéra.
Greffage de proche

Le greffage à la Pépinière aux Arbres Fruitiers

À la Pépinière aux arbres fruitiers, nous greffons presque tous nos pommiers, poiriers et pruniers. Tous nos porte-greffes sont des porte-greffes rustiques et de pleine grandeur, car nous privilégions les arbres de longue vie et de grande vigueur. La plupart de nos porte-greffes sont rustiques en zone 2, ils survivront donc aux hivers les plus froids. Certains pommiers sur le marché sont propagés par marcottage, mais nous préférons le greffage, car cette technique offre une racine pivot qui permet à l’arbre de s’implanter solidement, même dans un sol argileux.

Greffage au champ printemps